jeudi 7 février 2013

La dernière guerre - Tome 1: 49 jours, de Fabrice Colin

 
"Nous ne sommes plus obligés de subir le temps, de marcher le long de cette route. Nous vivons le même jour à jamais, et notre bonheur ne dépend que de nous."

Présentation de l'éditeur, Je m’appelle Floryan ; j’ai dix-sept ans. Il y a quelques jours, je suis mort : un attentat dans le métro. Je me suis réveillé dans un paysage de plaines et de montagnes, somptueux, qui s’étendait à perte de vue. Un être de lumière m’a accueilli, se présentant comme un "Élohim". Il m’a proposé un choix : soit je le suivais dans le Royaume – un paradis, selon lui, mais que je n’étais pas autorisé à voir avant de m’y rendre –, soit je plongeai dans le Nihil, un gouffre gigantesque menant vers… Vers quoi ? C’est là toute la question. Je ne sais rien du Nihil, j’ignore tout du Royaume, et j’ai quarante-neuf jours, pas un de plus, pour prendre une décision. Le problème, c’est que ce choix n’engage pas que moi…

Pourquoi ce livre? 
Comme le stipule les termes de notre rendez-vous mensuel - Donne-lui sa chance - cette lecture est à l'initiative de Chris, qui souhaitait lire ce livre depuis sa sortie ! De mon côté j'avais eu l'occasion d'avoir quelques échos sur la dernière œuvre de Fabrice Colin plus ou moins mitigés. Toutefois, quand mon partenaire m'a soumis ce livre j'étais emballée de retrouver l'univers de l'auteur qui m'avait soufflé durant la lecture de "Bal de givre à New-York". 

Avant le grand saut dans le Nihil, arrêtons le temps une seconde...
Déroutant et dépaysant sont les deux impressions qui pourraient résumer mon avis concernant le premier opus de cette saga. Seulement les lenteurs que composent ce récit ont eu raison de ma persévérance habituelle. 

Commencé il y a plus d'une semaine cette chronique aurait dû être publié pour le dernier jour de janvier afin de remplir mon challenge... Malheureusement, mon enthousiasme du départ a rétréci comme une peau de chagrin à mesure que le récit s'enlisait dans des détails qui ne titillaient pas ma curiosité.

Commençons par le début marqué principalement par l'accident de Floryan qui le conduit à ce monde qui pourrait ressembler de prime abord au Purgatoire. Alors que j'attendais de l'auteur quelques révélations pour creuser ma dent creuse, il nous offre un joli panorama de ce monde étrange. Certes le style reste tout à fait appréciable mais, après la catastrophe qui happe notre jeune héros si brutalement, retomber dans la description m'a fait perdre mon élan. 

Toutefois, l'intrigue ne tarde pas à  reprendre et avec elle, nous en apprenons davantage sur la nature de l'endroit dans lequel notre personnage a atterri, tout en conservant une part d'ombre qui ne peut qu'attiser notre curiosité. Néanmoins, l'auteur n'est pas parvenu à me captiver d'un bout à l'autre, sans période de relâchement. Principale cause, la concision des chapitres, à peine une dizaine pages, qui n'a pas favorisé mon entrain, d'autant plus que les fins ne recelaient pas en particulier de rebondissement... 

Un rythme qui ne rend service ni à l'histoire, ni à l'univers du récit, ce qui est bien dommage car l'atmosphère complètement déroutante aurait mérité le sacrifice de quelques pages pour ne pas laisser le suspens retomber!

Pour conserver toute l'intrigue de l'histoire, je ne dévoilerai aucun élément de l'intrigue car si j'avais su de quoi il en retournait exactement, concernant la nature de ce monde, je pense que cela aurait gâcher quelque peu ma découverte. Cependant, le point positif de ce livre repose essentiellement sur la composition de ce monde qui m'a complètement subjugué, je souhaitais toujours en découvrir davantage, d'où mon aversion pour tout les "à côtés un peu sentimentaux" que le héros rencontre au fil de l'aventure. Quand on commence ce livre on ne se doute pas un instant de l'endroit où souhaite nous emmener l'auteur, et cette particularité fut une vraie réjouissance

Ayant déjà eu l'occasion d'appréhender le style de l'auteur au cours de ma lecture "Bal de givre à New-York" je n'en attendais pas moins de sa part, mais je dois reconnaître qu'ici il fait encore bien mieux, avec une finalité qui nous ferait presque maudire cette dernière page. Comme précédemment, il semblerait que Fabrice Colin, aime tenir son lecteur en haleine avant la révélation finale, mais à trop le faire patienter il arrive qu'il puisse s'ennuyer. Et si je reste une grande sensible et amatrice d'histoire d'amour, ici tout ce que je voulais s'était de l'action et plus de révélations coup de poing! 

Pour moi, seul l'univers comptait, son histoire, sa nature réelle, la raison de sa présence, sa création et les créatures qui le peuplaient. Le personnage même de Floryan ne m'intéressait que de part son histoire, sa mort tragique, son besoin viscérale de savoir comment sa famille vivait sa perte, de ce qu'il adviendrait d'eux. Ainsi, je ne me suis attendri sur ce personnage qu'au travers de sa situation et non grâce à ses actions. Au final, je l'ai trouvé plutôt lisse dans l'ensemble, sans vouloir m'imaginer à sa place, il n'était là que pour servir l'intrigue et non la cause de cette dernière. Mais cela n'était pas réellement gênant en fin de compte. Les personnages secondaires qui peuplent le récit ont eu pour certains plus d'impact, attisant ma curiosité par tout ces "non-dits" à commencer par la mère de Floryan mais pas uniquement... 

S'il ne s'agit pas d'un coup de cœur, il n'en reste pas moins une lecture intéressante si l'on parvient à faire fi des nombreuses longueurs du récit, du moins pour ce que j'en ai ressenti. Une fois encore, Fabrice Colin nous surprend avec la fin de ce premier tome, avec ces quelques révélations qui ne peuvent que me donner envie de continuer l'aventure! A espérer que la suite sera plus avide d'action en chaîne. 


Publié aux Editions Michel Lafon, le 8 novembre 2012, 413 pages, 16,95€

Premier tome de la saga : La dernière guerre

4 commentaires:

  1. Huhu :)
    J'allais dire que d'une manière générale, j'avais bien accroché aux livres de Colin... sauf à Bal de givre à NY :D
    J'ai lu quelques chroniques, les uns adorant, les autres étant plus que mitigés.
    En tout cas, cela me donne envie quand même d'essayer : mais sans aucun doute, j'attendrai la sortie de deuxième tome avant de m'y risquer ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans l'ensemble cela reste un très bon livre, c'est juste que j'en voulais plus ^^
      Sage décision au moins tu pourras les enchaîner si tu as bien accroché au premier tome.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Moi aussi! Et le pire c'est qu'elle croupie dans ma bibliothèque... Quelle honte! Je vais bientôt plus me souvenir du 1er tome :(

      Supprimer