dimanche 27 septembre 2015

La drôle de vie de Zelda Zonk, de Laurence Peyrin

" Voilà, fit Gail en dressant la valise sur ses roulettes. Au fait, dit-elle en attrapant son sac à main. Je sais pourquoi ta Mme Zonk me rappelait quelque chose.
— Zelda?"
[...]
" Oui, dit Gail, le nez dans son sac. Zelda Zonk... C'était le nom d'emprunt de Marilyn Monroe... Quand elle voulait passer inaperçue, dans les hôtels, elle s'inscrivait sous ce nom-là... Zelda Zonk"
Hanna sourit. Elle était habituée aux fantasmes hollywoodiens de sa sœur, et à cette manière qu'elle avait de transformer la vie réelle en conte de fées. Même si son envol pour Acapulco n'avait plus l'air aussi magique que ça, finalement.
" Oui, conclut Gail, tournant les talons vers le Mexique. Zelda Zonk... J'ai une biographie de Marilyn dans ma chambre, tu regarderas dans ma bibliothèque. C'est marrant, quand même. Zelda Zonk..."

Et si tout le monde pouvait changer de vie?

Foutu mardi, foutue pluie… Sur cette route d’Irlande qu’Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c’est l’accident. À l’hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d’emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c’est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant… Tout en menant l’enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie. Est-elle vraiment épanouie dans ce hameau perdu, dans ce mariage routinier ? Si vraiment Zelda est Marylin, si elle a réussi à passer de la lumière à l’anonymat, pourquoi elle-même ne pourrait-elle pas changer de vie ?


Une histoire épatante avec des gens ordinaires qui nous emportent dans une aventure extraordinaire.

Ce livre, je l'ai apprécié minute par minute, à chaque petit instant où mon emploi du temps me le permettait. Sur le chemin du travail, entre deux cartons, pendant la sieste de Little W, réfrénant ainsi mon envie de le dévorer d'un bout à l'autre sans respirer. 

Quelque part, je suis contente d'avoir appréhendé ce livre de cette façon, puisqu'elle m'a permis de prendre mon temps et de faire durer le plaisir (et laisser planer le doute plus longtemps). 


Avant d'être une maman, je disposais de mon temps plus facilement, maintenant je dois jongler et ma passion, même si elle est restée intacte, a subit quelques coupes horaires. Toutefois, en faisant le point, je me rends compte que cela rend ces moments encore plus agréables, car moins fréquents.


Pour en revenir au roman, j'ai été transportée d'un bout à l'autre et je tenais à remercier les Editions Kero de m'avoir permis de découvrir cette auteure bourrée de talent, c'est incontestable. 

Juste en partant d'un questionnement: "Et si on pouvait changer de vie?", l'auteure fait revivre le mythe de Marilyn Monroe à travers les yeux d'une vieille dame qui va venir perturber, entre autre, le quotidien d'une jeune femme en pleine remise en question. 

Honnêtement, en entamant ce livre je m'attendais à une toute autre histoire, davantage axée sur le meurtre/suicide de Marilyn, sa présumée mise en scène mortuaire pour échapper à une vie qu'elle ne contrôlait plus... Bref en quelque sorte à une biographie imaginée qui nous redonnerait vie de façon sure et certaine à notre mythique Marilyn. Il en est autrement, car s'il est effectivement question d'un doute d'identité, l'auteure se concentre sur la vie de tous ses personnages, notamment celle de Hanna, héroïne de ce récit. 

Le tout avec comme toile de fond un questionnement profond sur notre capacité ou non à faire évoluer notre routine, un quotidien qui pourrait nous peser. 

Je ne vais pas non plus vous raconter l'histoire, Laurence Peyrin le fait bien mieux que moi et heureusement d'ailleurs. Je vais donc conclure ma chronique de la manière la plus simple en vous invitant à découvrir cette histoire épatante! 

Publié aux Editions Kero, le 11 mai 2015, 393 pages, 19,90€






2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Si tu as l'occasion de le découvrir je le recommande chaudement, bien calé dans un fauteuil enroulé dans un plaid et une tasse fumante de thé dans l'autre main ;)

      Supprimer