lundi 24 juin 2013

Chroniques de la fin du monde - Tome 1: Au commencement, de Susan Beth Pfeffer





 Le truc bizarre avec la fin du monde, c'est qu'une fois que ça commence, ça semble ne jamais devoir s'arrêter.
Quand je me suis réveillée ce matin, j'ai immédiatement senti que les choses avaient changé. C'est difficile à expliquer. La température avait baissé (ce qui est bien), mais le ciel avait pris une couleur grise bizarre, pas tout à fait comme lorsqu'il y a des nuages ou du brouillard. C'était plutôt comme si on avait tiré un store gris translucide sur le ciel bleu. 








Quatrième de couverture, Enfin c'est le grand soir: l'astéroïde dont tout le monde parle va percuter la Lune! Familles, voisins, amis, tous se rassemblent pour observer le phénomène. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. L'impact a été si violent que la Lune a dévié de son orbite et s'est rapprochée de la Terre. Peu à peu tout se dérègle... L'électricité puis l'eau sont coupées et les vivres commencent à manquer. Miranda et sa famille vont devoir accepter que la vie telle qu'ils la connaissaient a disparu à jamais.

Pourquoi ce livre?
Acheté en 2012, je n'ai pas eu le courage de le lire avant le fameux passage du 21 décembre 2012. Finalement, le côté superstitieux dont je me moquais ouvertement, a finalement eu raison de moi, puisque je n'ai pu ouvrir ce livre que maintenant. Et avec le temps maussade qui a arrosé Paris toute la journée, je n'en menais pas large...

A la fois perturbée, émue et déstabilisée par cette histoire apocalyptique
L'avantage principal de ce livre reste bien entendu l'action qui s'y déroule, et qui n'attend pas le dessert pour se lancer! Toutefois, à ce moment clé de l'histoire, la première chose qui m'a sauté aux yeux, c'est le fait que ce fameux astéroïde n'impressionne pas autant la population! Et que la communauté affirme que rien ne s'est déroulé comme prévu. Mais qu'était-il prévu d'autre qu'un scénario apocalyptique avec cette rencontre? Qu'en bien même la Lune serait régulièrement attaquée par des astéroïdes, comment se fait-il qu'aucun scientifique n'ait prévu le gabarit de l'Armageddon en question?!

Ayant à la maison un homme qui vit la tête dans les étoiles, je lui ai posé un bon millier de questions sur ce phénomène atypique, qui pourrait expliquer le rapprochement de la Lune après un impact important. Alors, si Monsieur reste dubitatif d'un tel résultat, il n'en demeure pas moins d'accord avec toutes les réactions en chaîne qui se dérouleraient à l'échelle terrestre, mais avec des conséquences peut-être plus extrémistes encore.

Donc mis à part ces quelques détails liés aux aléas climatiques et terrestres, il n'en demeure pas moins que cette histoire m'a bouleversé. Le destin de la famille de Miranda m'a ému plus d'une fois, allant même jusqu'à m'inquiéter sur le sort du chat! Et c'est donc en une seule journée que j'ai dévoré ce livre, restant aux côtés de Miranda et de ses proches pour connaître leur destin, si on peut le qualifier ainsi.

Miranda est une adolescence lambda, avec ses préoccupations propres et ses problèmes personnels, que l'on catapulte dans un monde cauchemardesque, dans lequel elle va devoir grandir en quelques jours. Dans ces conditions, il n'est pas toujours facile pour l'adolescente de réfléchir en adulte, ce que tout le monde lui demande. Alors, les prises de bec avec sa mère sont récurrentes, et peuvent parfois agacer. Néanmoins, à être sous pression comme n'importe qui le serait dans cette situation, l'approche appréhendée par l'auteure, reste pour moi crédible. Cette façon de modeler son personnage principal est encore plus légitime, qu'on la voit gagner en maturité au fil de l'histoire, et se renforcer face à l'adversité. 

Une fois la catastrophe passée et l'enchaînement des catastrophes lancé, nous suivons les aléas de cette famille confrontée à la pire des situations jamais imaginée, prête à tout pour survivre au moins au lendemain. Si le courage et la volonté de vivre les fait tenir les premiers mois, très vite la lassitude prend petit à petit le pas sur la motivation. Sans compter sur le fait que la nature n'est pas décidée à leur simplifier l'existence. 

L'histoire est racontée du point de vue de Miranda, à travers son journal intime, tel un témoignage personnel, mais l'auteure n'oublie pas d'inclure des personnages secondaires pour alimenter son récit. L'écriture du journal peut correspondre à certains moments à une énumération de faits et gestes, mais cela reste cohérent par rapport au genre adopté. 

Pour le mot de la fin, je rajouterai que si j'ai bien aimé m'immerger aux côtés de cette famille dans ce scénario apocalyptique qui m'a fait frémir, j'avoue ne pas être toute de suite prête à enchaîner avec le tome 2.

Publié aux Editions Pocket Jeunesse, le 3 mars 2011, 391 pages, 17,50€


3 commentaires:

  1. J'ai tellement adoré cet ouvrage ! Et j'aime beaucoup le fait que ce soit au point de vue d'une adolescente.
    Et moi aussi.. Je me suis inquiétée pour le chat ! En même temps, je pense souvent à la fin du monde (oui, je suis vachement rassurante \o/) et mes premières inquiétudes ont pour mes animaux ^^

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai dans ma PAL! Ton avis est encourageant, je pense le lire bientôt :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par contre à ne pas lire un jour d'orage ;)

      Supprimer