lundi 28 mai 2012

La fille de braises et de ronces - Tome 1, de Rae Carson

" _ Moi, sans cette pierre que je porte, je n'aurais rien accompli, je ne serais personne à l'heure qu'il est. 
Le Destin a jeté son dévolu sur moi parce que j'étais indigne de cette tâche. Parce que j'avais besoin d'un coup de pouce."

Lucero-Elisa de Riqueza n'est pas une princesse ordinaire puisqu'elle a été choisie pour accomplir un acte héroïque, en atteste le joyau accroché à son nombril et mieux connu sous le nom de Pierre Sacrée. Mais alors qu'une guerre menace d'envahir son pays, la jeune fille est en proie à une gloutonnerie infernale. En effet, elle se sent incapable de prendre son destin en main.
Toutefois, son avenir semble prendre une nouvelle tournure quand son père décide du jour au lendemain de la marier avec Alejandro de Vega souverain de Joya de Arena de vingt ans son aîné. 

Pourquoi ce livre ?
Ne nous berçons pas d'illusions ! J'ai opté pour cette lecture tout simplement car il s'agit de la Collection R, et après avoir dévoré La couleur de l'âme des anges, La sélection et tout récemment Night School, j'ai voulu connaître tout leur panel. Ajouter à cela une couverture très jolie, une héroïne atypique et je suis conquise. 

Mon avis : 
Coup de cœur or not Coup de cœur ?

Que mettent-ils dans leurs livres pour me pousser à les lire tous d'une traite ? Encore une fois, je me suis glissée dans la lecture avec facilité et sans vouloir la stopper. J'étais d'autant plus intriguée que le résumé classe ce livre en heroic fantasy une catégorie plutôt éloignée de ma zone de confort. Et pourtant, même si nous sommes loin du Seigneur des anneaux et de son style légendaire, je m'y suis plu dès le début.

D'entrée de jeu, deux détails ont attisé mon plaisir. Premièrement, il s'agit bien entendu de l'héroïne, ou plutôt du physique enveloppé d'Elisa, qui est loin de tout ce que l'on peut lire habituellement. Attention, je ne veux pas dire que j'ai une aversion envers les personnages filiformes, mais pour le coup, cela reflète un peu la réalité. On sort un peu du cadre et des lieux communs, et j'avoue que c'est agréable. 

Deuxième point, on entre tout de suite dans le vif de sujet, l'auteure nous a épargné de longues tirades pour mettre en place son décor et son intrigue en nous dévoilant dès le premier paragraphe le mariage précoce entre le roi de Joya de Arena et de la princesse d'Orovalle. Pas besoin de longs discours quand l'action peut la résumer en quelques lignes. Après tout les premières minutes d'un livre sont cruciales ! C'est elles qui lancent la lecture et notre soif de découvrir le monde dans lequel on veut nous plonger.

Résultat : défi relevé car dès les premières pages j'ai confié à mon partenaire ne pas vouloir refermer le livre. 

Sinon, passé les premiers moments, j'ai trouvé un style d'écriture très singulier avec l'utilisation des consonances hispaniques que j'ai fortement apprécié quant aux pays, aux noms des personnages et parfois de certaines coutumes, une originalité de plus !  Et comme en témoigne ma rapidité de lecture, l'écriture est très fluide. La répartition description, action, dialogue a été parfaitement quantifiée. Toutefois, je reconnais avoir eu une petite longueur vers la fin du livre quand la princesse revient dans sa patrie. 

J'ai également considérée avec enthousiasme tous les personnages (et pour un livre jeunesse il y en a ! ) qui gravitent autour de la princesse Elisa, dont on assiste de pages en pages à son évolution. La jeune fille boulimique et effacée laisse place petit à petit à une femme consciente de sa destinée et qui prend enfin du plomb dans la cervelle !
Autre bémol, un manque flagrant de détails quant à sa famille qui se résume à son Papà et sa sœur aînée, Adolia, d'autant plus dommage qu'il y a comme une petite animosité entre les deux filles dont on ne s'est pas vraiment si elle est fondée... Concernant Alejandro qui incarne le mari, je dirai qu'il est le genre de personnage facile à cerner mais, dans le genre bon bougre. Cela ne nous empêche pas de nous poser des questions quant au bien fondé de ses décisions et, de ce qu'il en est réellement de cette union. Et puis il y a Humberto, Cosmé, Belén, Yacain, Ximena... autant de personnages dont on ne sait jamais réellement ce qu'ils veulent et pensent, enfin jusqu'à la fin. Des personnages sur qui reposent toute l'histoire et qui donne ce côté heroic fantasy en nous plongeant au cœur même du conflit.

Une très jolie histoire qui comme vous l'aurez compris est un COUP DE CŒUR complet ! Toutefois, j'ai été très étonnée de lire qu'il s'agissait d'une trilogie et honnêtement, je ne vois pas en quoi cela est nécessaire. Les one shoot font-ils partis des légendes urbaines de nos jours ? 

Paru chez Robert Laffont, dans la collection R, en février 2012, 408 pages, 15,15€

17/20


Aucun commentaire:

Publier un commentaire