lundi 23 avril 2012

Métamorphose en bord de ciel, Mathias Malzieu

" Une volière géante! Un véritable palais de plumes bâti à même le firmament. Du sol au ciel, tout est tapissé de duvet écarlate."

Tom "Hématome" Cloudman est sans conteste le plus mauvais cascadeur que  la terre est portée. Ses cabrioles le conduisent chaque fois vers une chute brutale, qui à défaut d'être spectaculaires n'en restent pas moins comiques; ce qui lui vaut tout de même d'être reconnu. 
Jusqu'à la voltige de trop qui le mène tout droit à l'hôpital où le docteur lui trouve une tumeur irréversible. 
Coincé dans cette chambre étroite, Tom n'abandonne pas ses rêves et notamment celui de voler... 

Pourquoi ce livre ?
Après mon coup de coeur pour "la Mécanique du coeur" il était inimaginable pour moi de passer à côté de la nouvelle oeuvre de Mathias Malzieu à la prose aussi magnifique que l'histoire racontée. 

Mon avis :
Ce livre s'apprécie autant par le récit de Tom Cloudman que par la plume de l'auteur qui fait chanter chaque mot. Les phrases sont rythmiques et harmonieuses, ce qui rend l'histoire tout à fait originale. D'ailleurs, rien ne vaut l'auteur lui-même pour expliquer mes mots :

" Mon cerveau est un disque dur rempli de crépuscules déguisés en aurores boréales,
de renard qui traversent des routes telles des fusées rousses.
Ce mode de vie était une machine à fabriquer des surprises." 

Le personnage de Tom Cloudman est sympathique, il nous rappelle vaguement un dénommé Peter Pan qui n'aurait grandi. Alors qu'il ne parvient jamais à retomber sur ses jambes, il persiste dans sa folie et au lieu de provoquer l'admiration et il fait rire ses concitoyens. Même quand il sera à l'hôpital, il ne pourra s'empêcher de faire le pitre, chahutant avec les chariots repas en guise de rampe de lancement. 

D'autres personnages sont à citer comme le petit Victor, grand fan des cascades de Tom, cet enfant-lune qui suit notre héros comme son ombre. Et enfin Endorphine, cette femmoiselle à la bouche rouge carmin et aux talons aiguilles. Mi-femme, Mi-oiseau, cette créature sexy va faire chavirer notre héros et du même coup sa destinée en réalisant son rêve le plus précieux.

Ce conte qui balance entre réalité et imaginaire correspondrait, selon moi, aux états d'âme dans lesquels se retrouve plongé notre héros quand il est sous l'effet de la morphine. Ainsi sa métamorphose en oiseau serait synonyme de sa nouvelle vie dans l'au-delà. Et sa femmoiselle ne serait ainsi qu'une production de son imagination à la voir différemment de ce qu'elle est véritablement. Bien entendu il ne s'agit que d'une interprétation, la mienne en l'occurrence. 

Avant de terminer ma chronique je tenais à signaler que ce livre existe en version collecteur,  dans un format broché comprenant 46 illustrations dont celles de Adolie Day, Benjamin Lacombe, Miette et pleins d'autres encore. 

                                   Anne-Marie Hugot                                 Adolie Day


Paru aux Editions Flammarion, mars 2011, 191 pages, 22,90€ (pour la version collector)
Paru aux Editions J'ai Lu, en 2012, 125 pages, 5,90€


6/28

Aucun commentaire:

Publier un commentaire